I/ la pauvreté

Aujourd’hui en France plus de 11 millions de français sont touchés par la pauvreté. En effet, en 2011 on comptait 11.5 millions de pauvres, la Comission Européenne utilise 3 différents indicateurs : la pauvreté monétaire, les privations matérielles sévères​ ( c’est à dire que si les ménages répondent positivement à au moins quatre des neuf questions qui leurs sont posées dont les suivantes, ils sont considérés comme souffrant de privations matérielles sévères : éprouvent-ils des difficultés pour payer leur loyers ou leur charges locatives ? Pour chauffer correctement leur logement ? Pour faire face aux dépenses imprévues ? Pour manger viande, poisson, ou autre source de protéines au moins tous les deux jours ? Pour partir en vacances au moins une semaine par an ? etc… ) et une très faible intensité de travail​ ( qui est un indicateur défini au niveau de l’union européenne et qui correspond au rapport entre le nombre de mois durant lesquels les membres d’âge actifs du ménage ont travaillés au cours de l’année qui précède celle de l’enquête et les mois pendant lesquels ils auraient pu travailler au cours de cette même année. Si ce rapport est inférieur à 20%, tous les membres font partie d’un ménage à très faible intensité de travail. ) 700 000 personnes cumulent ces trois indicateurs. On peut dire que l’emploi ne suffit plus forcément pour sortir de la pauvreté. En France, plus de 2 millions de travailleurs sont pauvres. Près de 8.6 millions de personnes vivent avec moins de 964 euros par mois, après le milieu des années 1990 qui a connu un taux de pauvreté de 14.4% de la population français, c’est en 2010 que le taux de pauvreté a été le plus élevé : 14.1% de la population du pays. Les personnes les plus touchées par cette pauvreté sont principalement : les familles monoparentales, les personnes âgées ainsi que les jeunes de moins de 18 ans. En effet, 19.6% des personnes appartenant à cette tranche d’âge sont touchées par la pauvreté. On recense 5 millions de personnes en situation de fragilité réelle de logement ( propriétaires en difficulté, loyers impayés,.. ) et 3.6 millions de personnes sont mal logées.

Pourtant, la France est le pays ayant le niveau de protection sociale le plus élevé.​

A/LES POLITIQUES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ

L’Etat met en oeuvre différents moyens : politiques et différentes allocations afin d’essayer de lutter contre la pauvreté. Jusque dans les années 1980, les politiques « d’assistance » s’adressent à des publics très particuliers. Il s’agit des premiers minima sociaux, qui visent à compléter les ressources des personnes qui n’ont pas pu acquérir suffisamment de droits sociaux. Le minimum vieillesse remplacé depuis 2006 par l’allocation de solidarité aux personnes âgées, est une allocation destinée aux personnes âgées disposant de faibles revenus, en vue de leur assurer un niveau minimum de ressources.

D’autres allocation ont également été mises en place telles que :

  • L’allocation aux parents isolés,
  • L’allocation aux adultes handicapés,
  • L’aide au secours exceptionnel, qui est institué pour répondre à l’incapacité du régime d’assurance chômage à couvrir les situations de chômage de longue durée,en 1984 cette aide devient l’allocation de solidarité spécifique : elle prend le relais de l’assurance chômage pour les personnes en fin de droit qui justifient d’au moins 5 ans d’activité .
  • La loi du 1er décembre 1988 instaure le revenu minimum d’insertion ( RMI ) qui complète un ensemble de minima sociaux de lutte contre la pauvreté. Dès la fin de l’année 1989, on compte 407 000 bénéficiaires du RMI. Depuis le 1er juin 2009, ce dispositif a été remplacé par le revenu de solidarité active ( RSA ), qui est une prestation destinée à assurer à des personnes sans revenu ou disposant de faibles ressources, un niveau minimum de revenu variable selon la composition de leur foyer. Le RSA est ouvert sous certaines conditions :

-il faut être âgé d’au moins 25 ans,il est disponible pour les jeunes de 18 à 25 ans, ci ceux-ci sont parents isolés ou si ils justifient d’une certaine durée d’activité professionnelle
-Il faut également être français ou européen ou habiter en France depuis au moins 5 ans.
-Les ressources du bénéficiaire doivent être inférieures au revenu plafond.
Il existe deux types de RSA : le RSA socle destiné aux foyers qui ne possèdent aucun revenu d’activité et le RSA activité, qui quant à lui est réservé aux ménages disposant d’un faible revenu.Ces dispositifs ont obtenu des résultats plus ou moins concluants, par exemple, en 2010 le RSA  a permis de sortir 150 000 personnes de la pauvreté malgré la crise, mais cela n’a pas permis leur réinsertion dans le monde du travail.​
Malgré l’existence de nombreux dispositifs certaines personnes ne bénéficient pas de ces aides, ce qui est principalement dû à un réel manque d’information. C’est le cas pour l’allocation de solidarité aux personnes âgées, on estime qu’une grande part des retraités qui y auraient droit n’en font pas la demande faute de dispositif d’information adapté.

 

B/LES DEFAILLANCES DE L’ETAT

 

Aujourd’hui les associations ont remarquées qu’ils aceuillaient plus de femmes,ils explique cela par l’augmentation des familles mono-parentale et la difficulter des femmes a se réinserer dans le monde de l’emploi surtout entre 55 et 65 ans.les menages on beaucoup de mal a payé leur loyer, ou facture de gaz en effet 39%des menages accueillis ont du mal a payés leur loyer.un million de travailleurs,apres avoir comptabilisé les prestation sociale vivent en dessous du seuil de pauvreté

APE Foucherans39 |
Reeldurable |
Squarejeanhayet |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AFCV - Centre de Combloux
| 52clifaturin
| Collecteur de bouchons de l...